Etanchéités

 

Couche de désolidarisation

Elles sont utilisées afin de contrecarrer les incompatibilités mécaniques ou chimiques qui existent entre les différents éléments de la toiture. Les plus courantes :

  1. Voile de polyester non tissé et non revêtu
  2. Sous-couche bitumineuse spéciale revêtue sur la face inférieure d'une couche anti-adhérence

Couche de protection

Les couches de protection sont appliquées sur les étanchéités. Elles sont de type légère ou de type lourde (également appelé lestage).

Couche de protection légère

Les couches de protection légères peuvent remplir 4 fonctions :

  1. Protéger contre les UV (obligatoire pour le bitume SBS)
  2. Limiter la température superficielle en cas d'ensoleillement
  3. Améliorer l'aspect esthétique
  4. Améliorer le comportement au feu (certaines couches seulement)

Elles peuvent se présenter sous différentes formes :

  1. Couche de paillettes d'ardoise ou granulats teintés (pour les membranes bitumineuses)
  2. Couche de peinture réfléchissante
  3. Feuille métallique

Couche de protection lourde (lestage)

Les couches de protection lourdes peuvent remplir 6 fonctions :

  1. Protéger contre les UV
  2. Limiter la température superficielle en cas d'ensoleillement
  3. Améliorer l'aspect esthétique
  4. Compenser les actions du vent
  5. Permettre la circulation piétonne ou autre
  6. Améliorer le comportement au feu

Elles peuvent se présenter sous différentes formes :

  1. Graviers (pente limitée à 5 %)
  2. Dalles (pente limitée à 10 %)
  3. Béton monolithique, asphalte coulé (toitures-parkings)
  4. Végétation et son substrat (toitures vertes)

Couche finale (ou couche supérieure)

La couche de finition d'une étanchéité bitumineuse doit toujours être une couche de bitume polymère armée. Il exististe différents types d'armature :

  1. Polyester non tissé
  2. Deux armatures distinctes (polyester et voile de verre)
  3. Matériaux composites (fibres de polyester et fibres de verre)

Elastomère

Les élastomères sont des polymères présentant des propriétés élastiques (ils reprennent leur forme initiale après l'arrêt de la sollicitation). Ils conservent leur comportement élastique pour des températures allant de -40 à 300 °C. L'EPDM est l'élastomère le plus utilisé en toiture plate.

Elastomère thermoplastique (TPE)

Les élastomères thermoplastiques se composent d'un mélange d'élastomères et de plastormères (thermoplastiques). Ils présentent des propriétés élastiques (ils reprennent leur forme initiale après l'arrêt de la sollicitation) et le caractère thermoplastique (ils fondent et durcissent de manière réversible sous l'effet de la chaleur). Ils conservent leur comportement élastique pour des températures allant de -20 à 200 °C et fondent à partir de 220 °C.

EPDM (copolymère d'éhtylène et propylène et diène-monomère)

L'EPDM est l'élastomère le plus utilisé en toiture plate. L'épaisseur des membranes en EPDM est de minimum 1,1 mm avec ou sans armature. L'EPDM est disponible sous forme de lés (non armés, avec armature interne ou avec sous-façage) ou de bâches (non armés ou avec armature interne). Comparé aux autres élastomères, l'EPDM présente une plus grande longévité.

Etanchéités bitumineuses

Les étanchéités bitumineuses sont de deux types :

  1. Monocouche (une sous-couche perforée et une couche finale)
  2. Multicouches (bicouche le plus généralement)

Une étanchéité multicouche se compose des couches suivantes :

  1. La sous-couche (généralement un V3)
  2. La couche intermédiaire éventuelle
  3. La couche finale (bitume polymère armé)

Les modes de fixation sont les suivants :

  1. Pose en indépendance (L)
  2. Pose en semi-indépendance / adhérence partielle (P) :
  3. Pose en adhérence totale (T)
  4. Pose par fixation mécanique (M)

Etanchéités de toiture

Les étanchéités de toiture assurent l'étanchéité à l'eau et à l'air de la toiture plate. Les étanchéités de toiture sont de type bitumineuse (monocouche ou bicouche) ou synthétique (monocouche).

Etanchéités synthétiques

Les étanchéités synthétiques sont toujours utilisées en monocouche. Les modes de fixation sont les suivants :

  1. Pose en indépendance (L)
  2. Pose en semi-indépendance / adhérence partielle (P) :
  3. Pose en adhérence totale (T)
  4. Pose par fixation mécanique (M)

Membranes bitumineuses

Les membranes bitumineuses sont regroupées en 2 familles :

  1. Les membranes en bitume oxydé avec armature en feutre ou en voile de verre utilisées comme sous-couche ou couche intermédiaire mais pas comme couche de finition (vieillissement rapide sous l'effet des chocs thermiques et des stagnations d'eau)
  2. Les membranes en bitume polymère avec armature en polyester utilisées en monochouche ou en bicouche (bonne résistance aux chocs thermiques et aux stagnations d'eau)

Les finitions du côté inférieur sont de 3 types :

  1. Sablé
  2. Film thermofusible
  3. Perforé

Membranes synthétiques

Les membranes synthétiques sont regroupées en 3 familles :

  1. Les membranes composées d'élastomères
  2. Les membranes composées d'élastomères thermoplastiques (TPE)
  3. Les membranes composées de plastomères (thermoplastiques)

Les différentes formes de membrane sont les suivantes :

  1. Non armées
  2. Avec armature interne (stabilité dimensionnelle et/ou thermique)
  3. Avec sous-façage (stabilité dimensionnel et/ou thermique, adhérence au support, couche de désolidarisation)

Les membranes synthétiques ont uen bonne résistance aux chocs thermiques et aux stagnations d'eau.

Plastomère (thermoplastique)

Les plastomères (thermoplastiques) sont des polymères présentant des propriétés élastiques (ils reprennent leur forme initiale après l'arrêt de la sollicitation) et le caractère thermoplastique (ils fondent et durcissent de manière réversible sous l'effet de la chaleur). Ils conservent leur comportement élastique pour des températures allant de 0 à 130 °C et fondent à partir de 220 °C. Le PVC est le plastomère le plus utilisé en toiture plate.

Pose en adhérence totale (T)

En cas d'incompatibilité entre l'étanchéité et le support, une couche de désolidariation doit être utilisée. La pose d'un vernis d'adhérence est parfois requise. Dans le cas des membranes bitumineuses, on distingue 4 techniques en fonction du type de membrane et du type de support :

  1. Le soudage à la flamme (S) sur toute la largeur des lés
  2. Le collage avec bitume à chaud (B) appliqué sur toute la largeur des lés
  3. Le collage avec colle à froid (C) appliquée sur toute la largeur des lés
  4. Les membranes autocollantes

Dans le cas des membranes synthétiques, on distingue 3 techniques en fonction du type de membrane et du type de support :

  1. Le soudage à la flamme (S) sur toute la largeur des lés
  2. Le collage avec bitume à chaud (B) appliqué sur toute la largeur des lés
  3. Le collage avec colle à froid (C) appliquée sur toute la largeur des lés

Pose en indépendance (L)

Cette technique évite toute adhérence entre l'étanchéité et le support. En cas de risque d'adhérence ou d'incompatibilité entre l'étanchéité et le support, une couche de désolidariation doit être utilisée. Un lestage lourd est toujours utilisé.

Pose en semi-indépendance / adhérence partielle (P)

En cas d'incompatibilité entre l'étanchéité et le support, une couche de désolidariation doit être utilisée. La pose d'un vernis d'adhérence est parfois requise. Dans le cas des membranes bitumineuses, on distingue 4 techniques en fonction du type de membrane et du type de support :

  1. Le soudage à la flamme (S) à l'aide d'un voile de verre bitumé perforé (VP 40/15) ou d'une membrane d'étanchéité avec bandes de soudage rapide (zones adhérentes) et bandes anti-adhérentes (zones libres)
  2. Le collage avec bitume à chaud (B) à l'aide d'un voile de verre bitumé perforé (VP 45/30)
  3. Le collage avec colle à froid (C) appliquée par bandes
  4. Les membranes autocollantes

Dans le cas des membranes synthétiques, on distingue 2 techniques en fonction du type de membrane et du type de support :

  1. Le collage avec bitume à chaud (B) coulé en zigzag ou à l'aide d'un voile de verre bitumé perforé (VP 45/30)
  2. Le collage avec colle à froid (C) appliquée par bandes

Pose par fixation mécanique (M)

La fixation mécanique peut s'effectuer de 2 façons :

  1. par vissage (V) de la sous-couche armée de polyester au travers de l'isolation ou par vissage, dans le recouvrement, de la couche de finition au travers de l'isolation (utilisation de plaquettes de répartition)
  2. par clouage (N) de la sous-couche armée de polyester sur le support en plancher en bois

PVC (chlorure de polyvinyle)

Le PVC est le plastomère le plus utilisé en toiture plate. L'épaisseur des membranes en PVC est de minimum 1,5 mm sans armature ou 1,2 mm en avec armature ou sous-façage. On distingue 2 qualités de membrane PVC :

  1. Les membranes PVC résistantes aux UV (utilisation de stabilisateurs UV)
  2. Les membranes PVC non résistantes aux UV (attention aux relevés !)

Le PVC est disponible sous forme de lés non armés, avec armature interne ou avec sous-façage.

Recouvrements

Les recouvrements entre 2 lés sont de type longitudinal ou transversal. Les recouvrements minimum entre 2 lés bitumineux sont les suivants :

  1. Recouvrement longitudinal : 80 mm pour une étanchéité monocouche ou pour la couche finale d'une étanchéité bicouche (minimum 70 mm pour la sous-couche d'une étanchéité bicouche)
  2. Recouvrement transversal : 150 mm pour une étanchéité monocouche ou pour la couche finale d'une étanchéité bicouche (minimum 70 mm pour la sous-couche d'une étanchéité bicouche)

Les recouvrements minimum entre 2 lés d'EPDM sont les suivants :

  1. Recouvrement longitudinal : 50 à 150 mm en fonction du type de colle, du mode de fixation, …
  2. Recouvrement transversal : 50 à 150 mm en fonction du type de colle, du mode de fixation, …

Les recouvrements sont soudés ou collés sur toute la largeur. Le recouvrement est généralement soudé à la flamme ou à l'air chaud (il peut égalment être collé à l'aide d'une colle bitumineuse spéciale).

Soudage à froid (ou soudage avec solvant)

Technique d'assemblage des recouvrements des lés de certaines étanchéités synthétiques (PVC) à l'aide d'un solvant.

Soudage à l'air chaud

Technique d'assemblage des recouvrements des lés de certaines étanchéités synthétiques (EPDM équipé de bandes soudables, PVC) à l'aide d'un appareil à air chaud.

Soudage à la flamme

Le collage par soudage à la flamme s'effectue au brûleur à gaz en faisant fondre ou ramolir une partie du bitume de la membrane (pas d'adjonction extérieure de bitume).

Sous-couche et couche intermédiaire

On distingue la couche finale des éventuelles sous-couches Les matériaux à base de bitume soufflé donnent de bon résultats comme sous-couche ou couche intermédiaire. Ils peuvent être armés d'un voile de verre, d'une feuille d'aluminium ou d'un voile de polyester.